Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024 Bougeons avec les Jeux : le ministère du Travail, de la Santé et des Solidarités s’engage

Pour la première fois depuis cent ans, la France accueillera du 26 juillet au 11 août 2024 les Jeux Olympiques, puis les Jeux Paralympiques du 28 août au 8 septembre. Le ministère du Travail, de la Santé et des Solidarités s’engage.

Tant au niveau national que local, les services du ministère de la Santé, du Travail et des Solidarités sont pleinement mobilisés pour assurer les missions de leurs périmètres respectifs, avant et pendant les Jeux, pour en garantir une parfaite organisation. Ils œuvrent de concert pour faire avancer concrètement les politiques publiques mises en œuvre à l’occasion de cet événement planétaire comme l’amélioration de l’accessibilité ou la promotion de l’activité physique et sportive. Ensemble, ils défendent les enjeux de solidarité qui sont au cœur de leur action commune : accès aux soins, droits des personnes en situation de handicap, égalité des chances, lutte contre les discriminations et insertion professionnelle, etc.

Les Jeux Olympiques et Paralympiques doivent être un accélérateur des politiques publiques portées par les ministères sociaux, mais aussi un tremplin de mise en œuvre des solutions innovantes qui en sont issues.

Paris et la France se trouveront à l’été 2024 au centre de toutes les attentions. Les Jeux Paris 2024 sont une occasion unique de laisser une empreinte durable et vertueuse créant une dynamique positive au service d’un nouveau projet de société. C’est tout l’enjeu du Plan Héritage et des 170 mesures visant notamment à dynamiser le territoire, bâtir une nation sportive, construire une société plus inclusive et favoriser l’emploi et le développement économique.

Un système de soins au service de l’accueil

Le ministère du Travail, de la Santé et des Solidarités est mobilisé durant toute la période des JOP à Paris pour garantir le maintien des soins, ainsi que l’organisation sanitaire pour tous sur l’ensemble du territoire et plus particulièrement en Ile-de-France, où sont situés 80% des sites de compétition.

La santé constitue, avec la sécurité et les transports, un défi important à relever dans l’organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques. Une offre de soins adaptée est prévue pour couvrir les besoins médicaux des athlètes et des visiteurs.

Comme chaque année, pour anticiper la saison estivale, les Agences régionales de santé (ARS) mettront en place un plan d’actions permettant de coordonner les interventions des professionnels et de réguler les flux de patients, en ville ou à l’hôpital.

En effet, dans la perspective des JOP, d’importants travaux de préparation sont engagés à tout niveau depuis près de deux ans. Ils visent à s’assurer d’une part que l’offre de soins pourra faire face aux flux touristiques impliqués par l’évènement mais aussi que le système de santé saura répondre à toute alerte ou situation sanitaire exceptionnelle qui surviendrait.

Une organisation sanitaire dédiée

  • Une cartographie de l’offre de soins non programmés est mise à disposition du grand public pour notamment guider efficacement les 15 millions de visiteurs attendus. Son objectif est d’améliorer l’accès à des consultations sans rendez-vous.
  • Des services médicaux spécifiques seront déployés sur les sites de compétition, d’entraînement et d’hébergement des athlètes et autres personnes accréditées, en appui des organisateurs. Une polyclinique éphémère, créée et gérée par l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), sera installée au cœur du village olympique. Elle est destinée à répondre aux besoins de soins des athlètes. A titre temporaire, l’exercice des professionnels de santé ne pouvant habituellement pas pratiquer en France y est autorisé.
  • Le Centre de Crises Sanitaires (CCS) de la Direction Générale de la Santé, et plus particulièrement son centre opérationnel (CORRUSS), dont les effectifs seront doublés pendant la période, sera fortement mobilisé et adaptera sa posture à partir du relais de la flamme jusqu’à la fin des Jeux Paralympiques. Un dispositif d’astreinte inédit et renforcé sera mis en œuvre pour l’occasion avec des recrutements et une organisation dédiés. En cas de crise et particulièrement en cas de de situation sanitaire exceptionnelle ou de besoin d’appui du système de santé, une importante capacité de montée en charge du dispositif est également prévue.
Les chiffres clés des JO et JOP

15 000 athlètes
329 épreuves aux JO et 549 aux JOP
63 collectivités hôtes

Pour en savoir plus :

Consulter l’article sur la gestion des alertes et des crises sanitaires

Consulter l’article sur les solutions de transport liées aux urgences et soins médicaux pendant les JOP

Promouvoir durablement l’activité physique

L’activité physique et sportive est Grande Cause nationale 2024, et également au cœur du projet Héritage des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024. Son ambition : « mettre plus de sport dans la vie des gens » en luttant contre la sédentarité et en contribuant à promouvoir l’activité physique et sportive de manière durable à l’école, en ville et au travail.

Plan Héritage et Durabilité Paris 2024
Plan Héritage et Durabilité Paris 2024

Les Jeux Olympiques et Paralympiques sont l’occasion d’améliorer le bien-être de tous et de lutter contre les maladies liées à la sédentarité en incitant à la pratique sportive.
L’un des indices de réussite des JOP sera l’augmentation de la pratique de l’activité physique en France, décrétée Grande Cause nationale 2024.
Cette dernière vise un triple objectif :

  • Inciter les Français, à tous les âges et sur tous les territoires, à pratiquer davantage d’activité physique et sportive ;
  • Mobiliser les acteurs du sport et toutes les forces vives du pays pour valoriser la place du sport ;
  • Mettre le sport au cœur de nos politiques publiques, et du pacte républicain.

Lutter contre la sédentarité et promouvoir l’activité physique

Le manque d’activité physique et la sédentarité concernent l’ensemble de la population à tous les âges de la vie.

Lancé à la rentrée 2020 dans le cadre des mesures d’héritage de Paris 2024, le programme « 30 minutes d’Activité Physique Quotidienne » est généralisé depuis septembre 2022 dans les 36 250 écoles primaires du pays.

Une ambition portée par le ministère et des moyens concrets

Le ministère délégué de la Santé et de la Prévention s’engage, lui aussi, pour inverser la tendance avec la déclinaison de plusieurs mesures concrètes :

  • « Bouge 30 minutes par jour » : dans le sillon de la Grande Cause nationale 2024, en lien avec les JOP de Paris 2024, la promotion de 30 minutes d’activité physique quotidienne incite à adopter des modes de vie moins sédentaires et plus actifs. Ce programme vise à attirer l’attention sur les nombreux bénéfices de l’activité physique régulière : amélioration du bien-être, du moral, diminution du stress, réduction du risque de développer une maladie chronique de 20 à 30% (maladies cardio-vasculaires, diabète de type 2, certains cancers), maintien de l’autonomie lors de l’avancée en âge, outil thérapeutique dans la plupart des maladies chroniques… Des conseils pratiques et facilement réalisables sont fournis pour parvenir aux « 30 minutes d’activité physique quotidienne » recommandées pour les adultes.
Chiffre clé  : pour les adultes, pratiquer 30 minutes d’activité physique dynamique par jour, c’est une diminution de 30 % de la mortalité précoce.
  • L’Appel à manifestation d’intérêt JOP 2024, lancé par l’Agence régionale de santé Île-de-France en collaboration avec l’Agence nationale du sport et Paris 2024, vise à promouvoir l’activité physique et sportive sur les territoires. Entre 2022 et 2024, 28 projets ont été ou sont soutenus, dont 7 dans le département de Seine-Saint-Denis, principal porteur de projets. Lutte contre la sédentarité des plus jeunes, promotion de l’activité physique adaptée pour les personnes vivant avec une pathologie chronique, toutes les actions déployées visent des objectifs de santé publique à moyen ou long terme.
  • Les Maisons Sport-Santé (MSS) : Lancé en 2019 dans le cadre de la Stratégie nationale Sport-Santé, le dispositif compte près de plus de 500 MSS déployées partout en France. La structuration du réseau se poursuit en 2024, pour amener à la pratique régulière d’une activité physique et sportive des publics les plus éloignés, auprès des habitants des quartiers prioritaires de la ville ou des jeunes des missions locales, comme vecteur essentiel de santé publique. Les MSS ont également pour mission d’intégrer l’activité physique adaptée à but thérapeutique dans les parcours de soins des patients atteints d’affections de longue durée, de maladies chroniques ou en risque de perte d’autonomie.
Le réseau des Maisons Sport-Santé
Le réseau des Maisons Sport-Santé

Promouvoir des comportements favorables à la santé

Le ministère du Travail, de la Santé et des Solidarités se mobilise pour préparer l’Héritage des Jeux concernant la pratique sportive pour tous, mais également en matière de nutrition, de lutte contre les addictions et de santé mentale. Objectif : profiter de cet élan collectif pour instaurer de bons réflexes santé sur le long terme.

La promotion de comportements favorables à la santé ne se réduit pas à encourager la seule activité physique, aussi importante soit-elle. A l’occasion des Jeux Olympiques et Paralympiques, le ministère délégué à la Santé et à la Prévention soutient les campagnes et actions autour des thématiques de santé publique suivantes :

  • Nutrition : Depuis plus de 5 ans, Santé publique France promeut le logo Nutri-Score en collaboration avec le ministère délégué à la Santé et à la Prévention. Ce logo basé sur une échelle de 5 couleurs et 5 lettres informe sur la qualité nutritionnelle des produits alimentaires pour des choix plus sains. En mai 2024, le logo évoluera pour une meilleure cohérence avec les recommandations nutritionnelles.
    Les Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024 seront l’occasion de mieux faire connaître le dispositif. En effet, des messages incitant à des comportements alimentaires sains en lien avec le Nutri-Score seront diffusés aux abords des stades et des lieux de compétition ou de rassemblement (Clubs 2024, Terres de Jeux 2024).
Logo Nutri-Score de Santé publique France
Logo Nutri-Score de Santé publique France
  • Lutte contre les addictions : Les paris sportifs peuvent avoir des conséquences importantes sur la situation sociale et la santé : perte d’argent, conflits familiaux, risques d’addictions. Santé publique France réactualisera, à l’occasion de l’Euro 2024, la campagne « Parier, c’est pas rien », un dispositif pour sensibiliser aux risques des paris sportifs, avec une diffusion de la campagne prévue en amont des Jeux (mai-juin 2024).
Spot de la campagne de SPF " Parier, c'est pas rien"
Spot de la campagne de SPF " Parier, c’est pas rien"
  • Santé mentale : les jeux Olympiques et Paralympiques donnent l’occasion de mettre en lumière le lien entre activité physique et bien-être psychique. De nombreuses études montrent que le sport est un véritable anti-dépresseur. Pendant l’effort, le corps produit des hormones (dopamine, endorphine, adrénaline) pourvoyeuses de bien-être non seulement physique mais aussi psychique, permettant, entre autres, de réduire le stress ou d’améliorer la qualité du sommeil.
    Mais, si l’activité physique peut aider à aller mieux, les sportifs de haut niveau restent des personnes comme les autres et peuvent eux aussi connaître la détresse psychique, la dépression ou tout autre trouble mental.